La vie quotidienne de nombreuses personnes est basée sur le travail pour aller de l’avant, et c’est précisément pour cela que les moments de déconnexion et de repos sont les plus précieux. Ces petits moments où nous nous déconnectons de la routine, nous essayons de les remplir de choses ou d’activités agréables qui produisent détente et bonheur.

Parmi les nombreux plaisirs de la vie, on pourrait dire que le vin et le tourisme sont parmi les plus prisés des gens. Le vin est toujours présent dans les occasions et les célébrations les plus importantes. Le vin est en France un produit culturel !

D’autre part, voyager est un plaisir que tout le monde apprécie. Faire la découverte de nouveaux coins du monde, connaître des traditions et goûter des mets et boissons, c’est quelque chose d’incomparable qui nous permet de nous déconnecter et de laisser tous nos soucis derrière nous.

Mais pourquoi ne pas mélanger les deux ? De plus en plus de vignobles se joignent à cette tendance, ce qui a conduit à la création de nombreuses routes du vin en France.

 

Qu’est-ce que l’œnotourisme ?

 

L’œnotourisme est né dans le but de fédérer les acteurs du tourisme et de la vigne. À première vue, cela peut sembler une initiative nouvelle et révolutionnaire dans le secteur du tourisme, mais ce n’est pas vraiment quelque chose de si récent. L’œnotourisme est actif depuis des années. De nombreux vignobles ont organisé des visites guidées de leurs installations, avec de nombreuses activités qui impliquent l’apprentissage du processus d’élaboration d’un bon vin. Par conséquent, la nouveauté de l’œnotourisme n’est pas tant son origine, mais le grand boom qui a été acquis ces dernières années.

Lorsque cette idée a commencé à prendre forme il y a quelques années, il était douteux que la demande soit vraiment aussi élevée que prévu, mais elle l’était effectivement. Les raisons du succès de l’œnotourisme sont probablement dues au fait que le vin, en plus d’être une boisson alcoolisée, évoque de nombreuses choses comme la culture, l’art, la gastronomie locale, la tradition, l’histoire, l’aménagement paysager, etc. Mais en plus, il tend à être une boisson qui est prise en compagnie de personnes, dans un environnement agréable et qui, de plus, a la capacité de stimuler les cinq sens.

A la frontière du tourisme culturel et du tourisme gastronomique, l’œnotourisme regroupe les prestations relatives aux séjours touristiques dans les régions viticoles françaises, il permet de découvrir in situ les vins, les vignobles, les terroirs, les châteaux et domaines et les exploitants et permet aux touristes d’aller à la rencontre des femmes et des hommes exploitants viticoles. Il permet de déguster les vins, d’apprendre au contact des vignerons, de participer à des dégustations, des ateliers autour du vin et bien entendu d’acheter ses vins.

Ainsi, l’œnotourisme permet des voyages qui allient tourisme rural, gastronomie et vin. Il se déroule dans un environnement viticole et vous permet de connaître le vin et son environnement de l’intérieur, en passant par les plantations de vignes et les processus de vinification. Il est également idéal pour aller à la rencontre des femmes et des hommes qui font le vin. Bref, c’est une forme unique de tourisme qui permet non seulement de vivre des expériences enrichissantes, mais aussi d’entrer en contact avec le monde rural d’une manière très particulière.

Aujourd’hui, il y a en moyenne 10 millions d’oenotouristes en France. Ce qui fait de notre pays l’un des épicentres de cette tendance touristique dans le monde. Dans le but d’attirer encore plus de visiteurs et de valoriser sa culture, la France a misé sur les vignobles de Bourgogne et de Champagne inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La France est riche de 17 vignobles tous désignés Label vignobles et découvertes par Atout France.

 

Profil de l’oenotouriste :

On distingue 4 grands profils d’oenotouristes :

  • L’épicurien (40% des oenotouristes) qui apprécie les vins et la gastronomie,
  • Le classique (24% des oenotouristes) qui envisage le vin comme une porte d’entrée sur le patrimoine local
  • L’explorateur (20% des oenotouristes) qui cherche à percer les secrets du vin et de sa production et apprécie trouver des adresses méconnues,
  • L’expert (16% des oenotouristes) qui veut tout comprendre du processus de production des vins.

En France, l’oenotouriste a en moyenne 46 ans, il voyage en famille, en couple ou entre amis. Il est issu de catégories socioprofessionnelles élevées, voyage en voiture, consomme régulièrement du vin et apprécie associer d’autres formes de découvertes à son séjour.

A l’étranger, l’oenotouriste international a en moyenne entre 45 à 49 ans, est plutôt un homme de catégorie socio professionnelle élevée, épicurien. Les belges et les britanniques représentent la moitié des oenotouristes internationaux et 10% des oenotouristes en France.

Les oenotouristes belges sont la 1e clientèle internationale en Alsace, Champagne, dans le Bordelais et en Bourgogne.

Les oenotouristes britanniques affectionnent particulièrement la Provence, le Languedoc, le Roussillon et le Val de Loire.

Les allemands sont avant tout sensibles à l’offre gastronomique.

Les néerlandais sont des explorateurs.

Les américains privilégient les échanges avec les viticulteurs et apprécient visiter les châteaux.

 

Vous l’aurez compris, l’œnotourisme est l’un des meilleurs moyens pour découvrir nos territoires si jamais vous êtes intéressé par la culture, la gastronomie et le patrimoine français !