Construit au XVIIe siècle par les plus grands artistes de l’époque à la demande d’un certain Nicolas Fouquet, le château de Vaux-le-Vicomte est l’un des monuments les plus emblématiques de notre pays. L’harmonie qui règne entre les jardins à la française conçus par le paysagiste André Le Nôtre et l’architecture du château pensée par Louis Le Vau en fait un véritable chef d’œuvre qui inspire Louis XIV lors de la création du château de Versailles. Propriété de la famille Vogüé depuis plus de 150 ans, le château est désormais géré par la cinquième génération de cette famille. Alexandre, Ascanio et Jean-Charles partagent cet héritage incroyable avec le public de mi-mars à début janvier.

Les 300 000 visiteurs annuels viennent majoritairement à l’occasion des événements organisés au château, événements signatures qui sont devenus, au fil des années, de véritables rendez-vous : les soirées aux chandelles illuminent le domaine chaque samedi soir durant l’été, la Journée Grand Siècle permet de faire revivre la cour de Louis XIV et Noël attire, chaque année, de plus en plus de visiteurs venus découvrir la magie des décors toujours plus spectaculaires que les précédents.

Mais se pose alors, pour les équipes, une véritable question : comment rester attractif hors de ces périodes événementielles ? Que peut-on imaginer pour offrir au visiteur un voyage inoubliable dans le passé et une expérience unique ? La famille Vogüé a choisi de se démarquer en donnant vie aux décors majestueux grâce à l’innovation.

 

1. Miser sur l’innovation pour rester attractif

En 2017 et 2018, le château présente une exposition sur les nombreux films qui y ont été tournés. De Start the Revolution without me d’Orson Wells (1968) à la série Versailles (2015-2018), Vaux-le-Vicomte a servi de décors à plus de 70 tournages. Afin de plonger les visiteurs dans les décors magiques du cinéma, plusieurs animations interactives sont imaginées avec, en point d’orgue, une expérience immersive à 360° au cœur du Grand Salon, pièce maîtresse de l’architecture du château. Muni d’un casque de réalité virtuelle, le visiteur se retrouve alors dans la peau du personnage principal d’une scène de deux minutes ayant pour décor une fête rappelant celle organisée par Nicolas Fouquet le 17 août 1661 pour l’inauguration de son domaine.

L’innovation permet donc de vivre une expérience unique, étonnante, que l’on ne s’attend pas forcément à trouver lors de la visite d’un monument historique.

Lors de cette même exposition sur les secrets de tournage, le sous-sol du château permet au visiteur de participer à un atelier ludique sur fond vert ; il se met ainsi dans la peau des acteurs pour tester les techniques propres au monde cinématographique. Une vidéo présente également les plus beaux effets spéciaux réalisés au château. Saviez-vous que dans le film Raid Dingue de Dany Boon, le dôme de Vaux-le-Vicomte explose ? La scène fut si réaliste qu’après la diffusion du film en salle, les propriétaires reçurent un chèque de la part d’un bienfaiteur inquiet souhaitant contribuer aux réparations du toit du château !

 

2. Depuis 2019 le château propose le parcours sonore immersif

Mais surtout, l’innovation bouleverse véritablement l’expérience de visite en 2019. Depuis le mois de mai dernier, il est en effet possible de visiter le château à l’aide d’un dispositif technologique inédit, mis en place pour la première fois dans un château français : le parcours sonore immersif.  Développé par la société Narrative, celui-ci permet aux visiteurs d’assister à une véritable pièce de théâtre en son 3D. Équipés d’un casque, les visiteurs sont immergés au cœur de l’histoire de Nicolas Fouquet et revivent les plus grandes heures du château avec les personnages qui les ont faites. En plus d’entendre Molière, La Fontaine ou Vatel comme s’ils étaient à quelques mètres, chacun entend l’ensemble des bruits annexes : les pas dans l’escalier, le crépitement du feu dans la cheminée, le craquement du parquet, le froissement des costumes, le chuchotement des convives du Surintendant des Finances.

Les mains et les yeux libres, le visiteur déambule à sa guise dans les pièces du château où les scènes se déclenchent automatiquement grâce à des capteurs astucieusement dissimulés un peu partout. Nul écran ne vient interférer entre les yeux du curieux et la beauté des décors.

À l’heure de l’avènement de la technologie dans les lieux de culture et du marketing expérientiel, ce parcours sonore est particulièrement intéressant. Il prouve que l’innovation peut être mise au service du patrimoine, du propos historique et de l’immersion dans le passé.

Didactique, ludique, le parcours sonore, décliné en versions enfant, adulte et en plusieurs langues, est réellement impressionnant. Le visiteur se surprend à se retourner à plusieurs reprises tant il a le sentiment que le personnage est juste derrière lui, chuchotant à son oreille. Ce nouveau dispositif de visite, beaucoup plus accessible qu’un audio-guide classique à celui qui n’est pas amateur de visites historiques, permet à Vaux-le-Vicomte de se singulariser par rapport à ses concurrents en proposant au public ce qu’il est venu chercher : une expérience inédite et nouvelle dont il se sent acteur.

 

3. Vivre l’Histoire pour l’apprendre et la comprendre

C’est bien ce concept d’expérience qui sera désormais de plus en plus mis en avant par le château afin de placer le visiteur au cœur de la mise en scène et de la vie du monument. Ascanio de Vogüé, directeur général et propriétaire du domaine avec ses parents et ses frères, l’affirme : « nous voulons qu’en repartant de Vaux-le-Vicomte, le visiteur ait l’impression d’avoir vécu une véritable expérience, qu’il ait partagé quelque chose de fort avec le château. »

Vaux-le-Vicomte l’a bien compris : l’histoire, pour être retenue, comprise et se rendre attractive, doit désormais se vivre. Le château apparaît comme un acteur en phase avec son époque. Grâce à l’innovation et à l’implication de ses propriétaires, il relève, petit à petit, son défi de faire vivre « l’expérience Grand Siècle ».

De nouvelles animations prendront vie en 2020, toujours en lien avec l’époque de Louis XIV. Après l’ouïe et la vue, le château de Vaux-le-Vicomte éveillera le goût des visiteurs grâce à une animation insolite. Dans l’authentique cuisine où officia le grand Vatel, un comédien réalisera une recette du XVIIe siècle en prenant soin d’expliquer toutes les étapes au public qui pourra, à l’issue de la représentation, déguster le met historique. Plus que dans nul autre lieu, les visiteurs pourront ainsi évoluer au coeur du Grand Siècle. Dans cet esprit, l’habituelle journée costumée organisée tous les premiers dimanches de juin sera transformée, dès 2020, en un week-end complet afin de permettre aux passionnés d’entrer dans la peau d’un membre éminent de la cour du Roi-Soleil.

 

En décidant l’arrestation de Nicolas Fouquet, Louis XIV met un terme à tous les travaux en cours à Vaux-le-Vicomte. De fait, le peintre Charles Le Brun suspend la décoration du plafond du Grand Salon. Les propriétaires actuels du château, pour poursuivre fidèlement l’œuvre du constructeur, ont pour projet d’utiliser la technologie du mapping vidéo afin de projeter au plafond le dessin préparatoire effectué par l’artiste et conservé au Département des Arts Graphiques du Musée du Louvre. Une nouvelle fois, l’innovation permettra au château de Vaux-le-Vicomte de rayonner en présentant un monument à la réalité historique et artistique fidèle à l’esprit du XVIIe siècle et de son premier propriétaire, le malheureux Surintendant des Finances au destin romanesque.

Bérengère Guicheteau et Pierre Holley